Ancien presbytère : un beau projet d’aménagement paysager

IMG_2140
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur print

Le projet, initié par Catherine Paroux, maire déléguée de Saint-Pierre-de-Plesguen et adjointe aux affaires sociales, est situé au cœur du bourg, rue du Général de Gaulle. L’ancien presbytère et son parc clos de murs en pierres sont à proximité des commerces (restaurant, traiteur, coiffeur, boulangerie, cafés…) et des services de la commune (Ehpad, Maison de la santé, Espace Public Numérique, Espace culturel, mairie, salle des fêtes, école…). Le site a plusieurs atouts pour être mis en valeur. Il est distribué par des liaisons piétonnes qui offrent donc des accès aux services et commerces de proximité, mais offre essentiellement une végétation persistante (pins et sapins) et des espaces engazonnés dégradés. L’objectif est :

  • de mettre en valeur l’ancien presbytère (qui accueille aujourd’hui 6 logements à vocation sociale) et son puits,
  • de créer une continuité piétonne,
  • d’agrémenter des espaces par du végétal,
  • de trouver des usages aux différents lieux,
  • de rendre le site plus agréable en toute saison.

Partenariat avec le CPSA de Combourg

Pour mener à bien ce projet, le service technique de la commune a travaillé avec les stagiaires du CPSA de Combourg sur une première phase située principalement autour du puits. « Le massif devant le pied du mur en pierres sera planté dans un second temps car les joints devront être repris », note Yoann Forveille, conseiller municipal chargé du suivi du projet en lien avec Pascal Lemée et Josiane Jacob, élus de la commission Environnement. Des sondages ont été effectués sur place à la mi-janvier avant de tracer les allées et les massifs. « J’ai reçu les élèves du CPSA pour leur présenter le site, son histoire et l’aspect intergénérationnel du lieu avec la proximité de l’école, de l’Ehpad, de l’espace culturel et de la Maison de la santé », précise Jean-Patrick Dziegielenski, le référent espaces verts du service technique : « Pour le choix des végétaux, il est prévu un fleurissement étalé sur toutes les saisons, des espèces mellifères riches en nectar pour les abeilles, mais aussi des fruitiers pour donner une vocation nourricière à certains espaces verts. Les massifs sont organisés dans l’esprit du jardin de curé où l’on cultivait des légumes, fruits, fleurs et plantes médicinales pour s’auto-suffire au moyen-âge. » Les stagiaires du CPSA de Combourg, placés sous la responsabilité du formateur Vincent Cobac, ont planché sur ces orientations et présenté leurs projets par groupe, le 29 janvier. « Ces projets ont bien pris en compte la demande de créer un jardin où se mêlent à la fois des plantes fruitières, aromatiques et ornementales. Une palette végétale a été sélectionnée parmi sept propositions, permettant à tous les groupes d’être représentés sur le projet », souligne Yoann Forveille. Le parc aura donc bien cette double vocation esthétique et nourricière. Il pourra donner envie à des habitants de s’intéresser ou de se réintéresser aux plantes, mais aussi de s’y retrouver pour des moments de convivialité et d’échanges. Il reste à programmer l’aménagement paysager de la partie située devant l’ancien presbytère, prévu en 2022, avec pour objectif de renouveler cette opération d’apprentissage et de partage autour du jardin.

Les travaux de décompactage ont été effectués par le service technique, le 26 janvier.

Les stagiaires du CPSA sont venus préparer la terre et planter les végétaux les 4 et 5 février en présence des élus de la commission Environnement et du maire déléguée, Catherine Paroux. Ils ont également reçu la visite du maire de Mesnil-Roc’h, Christelle Brossellier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *